Livraison offerte dès 49€ d'achat !

Tout savoir sur les Adaptogènes

Bénéfices des adaptogènes, utilisations, dosage, on vous dit tout !

Les adaptoquoi ??? ADAPTOGENES qui donc… s’adaptent à différents besoins du corps et qui ne sont pas seulement, même si c’est déjà pas mal, des herbes donnant du tonus.

Pour faire court un adaptogène est une substance issue du règne végétal (herbes et champignons) qui aide l’organisme à se protéger contre les différents facteurs de stress et à le réguler.

Plus précisément les adaptogènes sont des substances naturelles qui aident notre système à se rééquilibrer et à mieux gérer le stress. Ainsi l’organisme va pouvoir mieux résister au stress (physique mais aussi biologique, émotionnel et environnemental). Ils l’aident également à mieux se défendre contre celui-ci quand il devient chronique. Contrairement aux autres plantes les adaptogènes aident le système à rétablir un équilibre hormonal de manière général et à moduler le système immunitaire et nerveux.

Si l’utilisation de cette catégorie de plantes n’est pas récente (utilisée en ayurvéda, médecine traditionnelle chinoise (MTC) et médecines tribales depuis des millénaires) l’étude systématique et scientifique « moderne » date du milieu du XXème siècle.

Voilà les nouveaux critères auxquelles doivent répondre les végétaux pour être classées comme adaptogènes :

  • Être relativement non toxiques (non nocifs), « relativement » car leurs effets secondaires doivent être, s’il y en a, minimes.
  • Produire une réponse de défense non spécifique au stress. C’est-à-dire qu’ils doivent répondre à ce stress de manière multiple, sans viser un seul facteur. Ils doivent aussi aider le corps à mieux résister ou s’adapter à ce dernier s’il revient, en constituant une réserve d’énergie vitale qui ne sera utilisée que « au cas où ». Une plante stimulante au contraire n’agira que sur le court terme et pourra même épuiser le corps sur le long terme.
  • Améliorer le corps à restaurer sa capacité naturelle d'équilibrage et l’aider à revenir à un état plus normal, quel que soit le déséquilibre (hyper/hypo). Un adaptogène doit donc agir de manière bidirectionnelle, ce qui est complètement unique. C’est pourquoi les adaptogènes sont utilisés pour plusieurs actions et non pas une seule. Ce peut être le cas par exemple pour la tension : un adaptogène doit pouvoir réguler l’hypertension ET l’hypotension, ce qui parait à première extrêmement surprenant.

Les adaptogènes possèdent de nombreux attributs et vont aider l’ensemble du corps à se réguler. Leurs actions peuvent être au niveau du système digestif, endocrinien, nerveux, immunitaire et cardiovasculaire.

L’histoire des adaptogènes

Pendant la Seconde Guerre mondiale l’URSS s’intéresse aux composés chimiques de certaines plantes afin de maximiser le potentiel humain et augmenter la résistance de ses soldats. Le Dr Lazarev commence alors à rechercher ceux qui pourraient aider à diminuer les effets négatifs du stress aigu. Une dizaine d’années après il propose le concept d’ « adaptogènes ». En 1968, Israel Brekhman et le Dr. Dardymov en donne la définition suivant :

Un adaptogène est non toxique pour le receveur à des doses thérapeutiques normales.

Un adaptogène permet à l'organisme de résister plus efficacement à un large éventail de facteurs de stress (qu’il soit physiologique, biologique ou chimique).

Un adaptogène a une influence normalisatrice sur la physiologie, peu importe les changements auxquelles elle a à faire face.

En résumé un adaptogène se doit :

  • D’être non toxique
  • De produire une réponse non spécifique au stress
  • De normaliser la physiologie

Depuis lors la définition d’adaptogène a évolué et maintenant il en faut bien plus pour qu’une plante puisse être classée dans cette très exigeante et petite famille.

Depuis 1999, on sait que les adaptogènes fonctionnent en régulant deux systèmes de contrôle principaux dans le corps, l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) et le système sympatho-surrénalien (SAS). Le HPA régule la plupart des fonctions endocriniennes, certain des aspects du système nerveux, du système immunitaire, de la fonction cardiovasculaire, de la digestion et de notre réponse au stress chronique (le «syndrome général d'adaptation » défini par Hans Selye). De plus, l'axe HPA affecte l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique (HPG), qui régule les hormones sexuelles et le fonctionnement sexuel. Le SAS quant à lui est responsable de notre réaction de lutte ou de fuite face au stress aigu (appelé en anglais le « fight or flight »).

Voilà les nouveaux critères auxquelles doivent répondre les végétaux pour être classées comme adaptogènes :

  • Être relativement non toxiques (non nocifs), « relativement » car leur effets secondaires doivent être, s’il y en a, minimes.
  • Produire une réponse de défense non spécifique au stress. C’est-à-dire qu’ils doivent répondre à ce stress de manière multiple, sans viser un seul facteur. Ils doivent aussi aider le corps à mieux résister ou s’adapter à ce dernier s’il revient, en constituant une réserve d’énergie vitale qui ne sera utilisée que « au cas où ». Une plante stimulante au contraire n’agira que sur le court terme et pourra même épuiser le corps sur le long terme.
  • Améliorer le corps à restaurer sa capacité naturelle d'équilibrage et l’aider à revenir à un état plus normal, quel que soit le déséquilibre (hyper/hypo). Un adaptogène doit donc agir de manière bidirectionnelle, ce qui est complètement unique. C’est pourquoi les adaptogènes sont utilisés pour plusieurs actions et non pas une seule. Ce peut être le cas par exemple pour la tension : un adaptogène doit pouvoir réguler l’hypertension ET l’hypotension, ce qui parait à première extrêmement surprenant.

Les adaptogènes possèdent de nombreux attributs et vont aider l’ensemble du corps à se réguler. Leurs actions peuvent être au niveau du système digestif, endocrinien, nerveux, immunitaire et cardiovasculaire.

A ne pas confondre avec des plantes « toniques »

Il existe une grande confusion entre les plantes apportant de l’énergie, les toniques, et les plantes adaptogènes. Il faut avouer que la définition originelle de 1969 et celle de 1999 diffèrent. De plus il existe les concepts de Rasayana (plantes rajeunissantes) en Ayurveda qui inclut certains adaptogènes, dont l’ashwagandha. Même chose dans la MTC qui utilise certains adaptogènes (le schisandra par exemple).

L'origine des adaptogènes

Les adaptogènes officiels nous viennent pour nous Européens de très loin. Sibérie, Himalaya, Inde, Andes, Amérique du Nord… Alors pourquoi pas en Europe ? Pourquoi pas, c’est une question que l’on soulève. La notion d’adaptogène étant récente (voire balbutiante en Europe) trop peu d’études ont été menées sur les possibilités d’en avoir dans nos contrées.

De manière générale ces substances végétales se présentent dans des contrées arides, où le climat les oblige à se défendre contre les perpétuelles agressions extérieures. Le shilajit, le cordyceps, la maca ou la rhodiola en font partie. Certaines d’entre elles mettent un temps incroyablement long à parvenir à maturité, comme le ginseng (5 à 12 ans), l’ashwagandha (7 ans) ou encore la rhodiola (5 à 8 ans).

Quelques adaptogènes et leur principal composé actif

On recense à l’heure actuelle 25 adaptogènes et probables adaptogènes. Les 13 adaptogènes avérés (et leurs principaux composés actifs) sont :

  • Ginseng américain et asiatique (ginsenoides)
  • Ashwagandha (whitanolides)
  • Cordyceps (acide cordycepique)
  • Dang Shen (tangshenosides)
  • Eleuthero (eleutherosides)
  • Basilic sacré / tulsi (acide ursolique, rosmarinique et oleanolique)
  • Jiaogulan (gypenosides)
  • Reishi (ganoderanes)
  • Rhaponticum (ecdysones)
  • Rhodiola (rosavine)
  • Schisandra (schisandrine)
  • Shilajit (acide humique, dibenzo-alpha-pyrones, triterpenes)
  • Et… la réglisse. Et oui, les fans de bonbon seront contents. Non, on plaisante. Les bâtons de réglisse oui, les rouleaux de réglisse vous oubliez svp… : Acide glycyrrhizique (1000 points au Scrabble !)

Certains spécialistes incluent également la maca et l’astragale.

La plupart d’entre nous, même ceux qui s’intéressent de près aux plantes, n’ont jamais entendu parlé de ces composés et pour cause : ils leur sont souvent uniques. Néanmoins ce serait une erreur de réduite ces plantes à ces seuls actifs car elles sont bien plus complexes que cela. Des études portant sur un composé ont montré qu’il était bien moins efficace seul que la plante entière.

Bien que ce ne soit pas un adaptogène prenons un exemple connu : le curcuma est trop souvent limité à la curcumine, à l’activité anti-inflammatoire notoire. Seul il est déjà efficace. Mais consommé avec tout ce qu’il l’entoure naturellement il l’est bien plus.

Nous l’avons vu les adaptogènes sont une classe à part, avec certains immenses bénéfices. Néanmoins nous vous mettons en garde : ils ne représentent pas une panacée. Depuis quelques années le grand public s’intéresse de plus en plus aux vertus des plantes (nous en faisons partie, nous ne serions pas là à vous parler d’adaptogène dans le cas contraire) et c’est très bien car elles en possèdent de nombreuses.

Or si elles agissent réellement elles ne peuvent pas être considérées comme un remède à tous les maux. Les adaptogènes sont efficaces contre le stress (au niveau général nous l’avons vu) mais ne peuvent clairement pas être utilisés pour traiter une condition bien spécifique. Chez Siho jamais nous ne vous recommanderons telle ou telle substance pour un problème x ou y. Nous pouvons seulement mentionner les études et les usages dont ils font l’objet ainsi que vous partager notre expérience. Vous l’avez donc compris, les articles de ce blog ainsi que les descriptions des produits sur www.thesihoeffect.com ne remplaceront jamais l’avis d’un médecin ou d’un thérapeute compétent en cas de problème avéré ou suspecté.

Les effets secondaires sont rares avec les adaptogènes. Néanmoins il serait déconseillé d'en consommer dans les cas suivants :

Ginseng asiatique : hypertension et coups de chaud

Ginseng américain : sensibilité au froid et ballonnements

Eleuthero : coups de chaud, insomnie

Reishi : coups de chaud

Ashwagandha : coups de chaud, sensibilité aux solanacées (poivrons, pomme de terre, aubergines, tomates mais aussi goji ou airelles)

Pour aller plus loin

Nous vous invitons à lire les références suivantes
Adaptogens: Herbs for Strength, Stamina, and Stress Relief de David Winston
Adaptogens in Medical Herbalism de Donald Yance (in english only) dont nous nous sommes inspirés pour la construction de cet article.

Laissez un commentaire

Un paiement sécurisé - Paiements au choix
Livraison offerte dès 49€ d'achat*
100% naturel -Testé en laboratoire français
SERVICE CLIENT 24/7J